Découvrez toutes les actualités et les bienfaits pour l'utilisation des plantes médicinales sur Béziers, dans l'Hérault

 

 

Un article plus général, à mon sujet mais qui peut inspirer d'autres personnes, je pense ! Avec PRONTO PRO : www.prontopro.fr/blog/se-soigner-naturellement

Les bourgeons, le retour. C'est la rentrée en effet. Peut-être que vous aurez besoin de ces bourgeons maintenant, peut-être plus tard...


Le figuier et le tilleul : en voici 2 qui calment, qui détendent, qui ralentissent le cerveau en ébullition ! Et qui, en même temps, sont de précieux alliés pour apaiser le système digestif trop enflammé, fatigué, irrité. La digestion est pénible, fait mal, ça ne guérit jamais... essayez un des 2 macérâts :

pour moi, le figuier est plutôt dirigé vers l'estomac, le tilleul plutôt pour le reste du tube digestif avec par ailleurs une composante dépurative rénale.

Ces macérats marchent bien aussi pour calmer les enfants "agités", "hyperactifs", qui dorment mal. On peut les associer.

Les posologies ne changent pas par rapport à ce que je notais il y a quelques mois (voir plus haut).

Sur le plan digestif, pour améliorer le microbiote et donc rebooster une immunité qui faiblit pour une raison ou une autre (très utile après des gastroentérites épuisantes par exemple, mais aussi en cas de maladie autoimmune) : une petite cure de bourgeon de noyer.


Enfin, je voulais parler des "bourgeons de la femme".

Le bourgeon n° 1 : le framboisier. On peut entrer dans les détails, mais à retenir pour tous les âges de la vie, dès qu'il y a des règles pénibles, ou une ménopause pénible. Le n° 2 étant l'airelle. Celle-ci plutôt versant manque d'oestrogènes si on veut avoir une comparaison avec ce qui est connu en médecine habituellement. Le framboisier aide à la fois quand la progestérone est faiblarde mais aussi quand les oestrogènes sont en baisse. Plutôt pour la ménopause donc que pour les jeunes filles.

Eh bien là, on en a 5 ! A bientôt, j'espère, pour la suite !

Je vais en choisir quelques autres... par exemple pour les hommes. Par exemple aussi pour des draînages profonds ou la circulation vasculaire cérébrale. On arrivera à 20 un jour, et déjà, avec 20, on fait beaucoup de choses !! 

 

Donc, je suis en retard !! Vive 2019 !

Je reviens avec les bourgeons, pour cette nouvelle année 2019. Je vais tâcher d'en parler à plusieurs reprises, en classant un peu leurs actions.
La proposition sera toujours : utiliser le macérât glycériné concentré, de préférence avec un alcool à 20° plutôt qu'à 40° surtout pour les enfants. La posologie sera adaptée en fonction de l'âge. Il faut bien comprendre que la quantité d'alcool ingéré chaque jour représente moins qu'une vinaigrette. On considère que c'est la quantité trouvée dans un fruit mûr. Ce qui fait que la gemmothérapie peut être facilement utilisée chez tous ; il n'y a pas de contrindication et on peut associer les bourgeons à d'autres thérapeutiques.

Il existe la forme en 1DH, remboursable d'ailleurs. C'est le macérât glycériné concentré dilué au 1/10ème.

Ici, je ne parlerai que du macérât concentré dont il faudra prendre 15 gouttes X 2 par jour chez l'adulte et l'enfant de plus de 12 ans, et 5 gouttes X 2 par jour chez l'enfant. Plutôt 3 gouttes X 2 par jour chez le nourrisson jusqu'à 2 ans. 
On prend le macérât pendant 2 mois d'affilée, en faisant une pause de 1 semaine au milieu du traitement. On peut continuer longtemps, plus de 2 mois et durant des années si ça convient. On peut aussi prendre le bourgeon sur quelques semaines seulement. Parfois, à plus forte dose (on multiplie par 2) si on souhaite un effet rapide, dans certains cas.

Le grand bourgeon : THE bourgeon, c'est le cassis.
Il stimule l'immunité, il est anti-allergique, il est anti inflammatoire, il joue sur la circulation veineuse, il a un côté diurétique. Et il est potentialisateur de tous les autres bourgeons losqu'on les mélange. De plus, il a bon goût !

J'avais nommé l'églantier, qui est celui qu'on utilisera volontiers chez l'enfant pour les mêmes buts que le cassis. Il est en particulier intéressant sur toute infection ou inflammation de la sphère respiratoire. Donc, pour les enfants fragiles en hiver, qui font des rhumes répétés et autres infections ORL ou pulmonaires, ne pas hésiter à en donner en saison à partir de septembre. Il est aussi régulateur de la croissance et est un allié contre les colites. A un petit effet sur la thyroïde (versant hypo).
Très bien chez l'adulte fragile des bronches.

Voici l'olivier qui est aussi un bourgeon majeur : intéressant dans l'hypertension et les troubles circulatoires qu'il va réguler. Aide à diminuer une glycémie élevée et des lipides circulants élevés.
Intéressant en particulier au niveau cérébral sur lequel il intervient sur la microcirculation et pour "réparer" les tissus cicatriciels. On peut en donner dans la maladie de Parkinson et celle d'Alzheimer. A un rôle également dans les névroses obsessionnelles.

 

La prochaine fois, ce sera plutôt un coup d'oeil sur les bourgeons pour la détente générale ayant une action digestive associée. Et les bourgeons de la femme.
3 par 3, nous irons jusqu'à 20...
 

Pour le mois de septembre

un coup d'oeil sur quelques "bourgeons" et leurs macérats glycérinés.

On parlera du cassis, de l'églantier et de l'olivier ! Merci de revenir par ici à l'automne !

Article de mai 2018 : les petites tisanes (suite)

N°2 : digestion (suite)

En cas de constipation, proposition de tisane.
Mélanger les plantes sèches suivantes :

Frêne fe   30g    Polypode vulgaire rhizome   30 g     Psyllium gr   20 g    Mauve fe   10 g      Réglisse rac 10 g    (quantité totale  100 g)

Comme pour les tisanes citées en mars/avril 2018, la préparation se passe ainsi : un demi-litre d'eau avec 1 cuillère à soupe du mélange de plantes. On porte à ébullition sur 2 min, on laisse infuser encore 5 min. Puis on passe la tisane (on filtre) et on laisse refroidir un peu avant de la faire boire à l'enfant. Il pourra en prendre 2 tasses par jour ou plus.
La quantité de plantes sèches est suffisante pour 15 jours. Vous pourrez vous en servir quelques jours, puis arrêter. Et recommencer plus tard si besoin.

Comme hydrolat, celui de romarin peut être utilisé. 1 c. à café dans un verre d'eau, 1 à 2 fois par jour, pendant une semaine. 

Pour tous les troubles digestifs, une goutte d'huile essentielle (d'essence) de citron est à prendre le matin, sur un peu de pain ou sur une cuillère de miel. Ne donner qu'à un enfant de plus de 3 ans.

 

Article de mars/avril 2018 : les petites tisanes 

N° 1 : digestion et sommeil

Pour aider la digestion, ou après une diarrhée, vous pouvez faire réaliser ce mélange pour les jeunes enfants

(et les plus grands) :

Anis ou fenouil 20 g      Réglisse 10 g      Mélisse 40 g      Menthe poivrée 20 g      Pensée sauvage 10 g    

Mettre une cueillère à café du mélange dans 20 cl d'eau. Porter à ébullition puis laisser infuser 5 minutes.

Filtrer, laisser refroidir et faire boire dans une tasse ou un verre, en 2 fois sur une journée.

On peut proposer ce mélange sur une semaine ou plus.

 

Autre proposition : le macérât glycériné de Figuier,  2 gouttes X 3 par jour pour les jeunes enfants

(5 gouttes X 3 pour les plus de 6 ans).

 

Sommeil :

Le mélange précédent peut être utilisé en remplaçant la Réglisse et la Menthe par de la Verveine citronnée et du Tilleul.

Il existe des tisanes " toutes prêtes"  Verveine Tilleul ou Camomille Tilleul, qui méritent d'être essayées !

L'hydrolat de fleur d'oranger est  aussi indiqué au coucher : une cueillère à café pour une tasse d'eau froide ou tiède.

Ou, si on préfère, mettre 1 à 2 gouttes d'Huile Essentielle de Lavande Vraie sur l'oreiller un moment avant le coucher de l'enfant.

C'est efficace pour les adultes aussi, avec 4 à 5 gouttes d'HE, si vous aimez l'odeur ! Le petit grain bigarade (HE) peut être une alternative pour les adultes, l'odeur est différente et il agit plus précisément sur les esprits qui ne s'arrêtent jamais de fonctionner...

 

Article de janvier/février 2018 : le romarin

Le romarin (Rosmarinus officinalis) est un joli arbrisseau de la garrigue. Sec et odorant, on le reconnaît facilement.
Il est utilisé de longue date pour régénérer le foie, en tisane, associé ou non avec une autre plante comme le thym. C'est un bon tonique général, qui soutient quand on est fatigué et un peu déprimé, ou en période de convalescence suite à une infection asthéniante. 

Riche en essence, il a une belle place en aromathérapie. Selon le principe actif (PA) le plus présent dans son huile essentielle, ses propriétés vont changer un peu. La variation des PA de l'huile essentielle (HE) est due au terrain sur lequel il pousse, à son environnement.
On distingue 3 HE : ATTENTION, à ne pas donner aux enfants de moins de 12 ans ni aux femmes enceintes !

>>le romarin à cinéole, le plus utilisé. Il lutte contre la fatigue physique ou une mauvaise digestion. On peut le prendre par la bouche, à raison de 2 gouttes 3 fois par jour sur quelques jours. Conseillé aussi dans les bronchites, sinusites, otites. Et dans les chutes de cheveux : 5 à 10 % d'HE à mélanger à une huile végétale (Jojoba, par exemple) en massage du cuir chevelu quelques heures avant le shampooing.

>>le romarin à verbénone. Comme draîneur du foie, en mélange avec de l'HE de citron à raison de 2 gouttes de chaque X 2/jour, par la bouche.
Il a aussi une fonction anti-déprime.

>> le romarin à camphre qui est indiqué en cas de perte de cheveux. Et très apprécié comme décontracturant musculaire, localement.

N'oublions pas le macérat concentré de jeunes pousses de romarin : on retrouve là les propriétés toniques du foie, mais aussi stimulant nerveux (contre la fatigue psychique et les baisses de mémoire, contre la dépression) et surtout son effet anti-oxydant pour une lutte contre le vieilissement des cellules et une amélioration de la microcirculation des extémités (pieds et mains).

Et voilà pourquoi les Romains avaient décrété le romarin : "plante sacrée"...

 

Article spécial : "2 plantes pour 2 mois", et j'arrive même un peu après fin décembre... BONNE ANNÉE 2018, avec les plantes !

novembre et décembre 2017 : la verveine (les verveines) et la sauge (les sauges)

La verveine odorante ou citronnée (Lippia citriodora) est celle qui est très souvent l'emblème des tisanes pour le commun des mortels, avec le tilleul, la camomille et la menthe... "Ah, je prendrais bien une petite verveine !". Elle est digestive et tranquillisante. Impeccable avant la nuit !
La verveine officinale (Verbena officinalis) est une plante plus frêle et plus rugueuse. Elle a des feuilles plus petites. Mais ses propriétés sont grandes, et  elle a non seulement un côté digestif, mais est aussi analgésique et antirhumatismale. Plusieurs préparations sont possibles ; on peut retenir la tisane : 15 g à 20 g de feuilles sèches pour 1 litre (ou une cuillère à soupe pour un bol d'eau). On laisse infuser quelques minutes avant de boire.

Il existe aussi une autre "verveine", celle qui sera utilisée pour son HE (Huile Essentielle). En effet, l'HE de verveine sous nos contrées est très chère ce qui est souvent le cas lorsqu'il faut une grande quantité de plantes pour faire un peu d'HE.
C'est la  Litsée ou "verveine exotique" (Litsea citrata) qui n'est pas une Verbenacée mais une Lauracée, un petit arbuste des pays asiatiques dont on utilise les fruits. L'HE a des propriétés proches de celles des citronnelles.
Elle est calmante, aniti-inflammatoire et tonique digestive. Localement, elle servira contre l'acné ou des mycoses. On peut l'utiliser par voie orale (2 gouttes X 2 par jour dans un peu d'eau ou de miel), en se frictionnant sur les parties douloureuses avec un mélange d'HE à 20% dans une huile végétale telle que la noisette, ou en en mettant une goutelette sur les boutons. 

Je mets de côté la "verveine des Indes" plus souvent appelée Lemongrass qui est parfois confondue avec la précédente... nous en reparlerons !

Enfin, un petit tour du côté des Fleurs de Bach qui ont ce pouvoir spécial de parler à notre psychisme, à notre âme : la verveine officinale y est appelée par son nom anglais "Vervain". Voici à qui elle peut convenir : "à celui qui a besoin de comprendre que dans la vie, les choses importantes se font doucement et discrètement, sans stress ou tension". À celui qui croit que ce qu'il fait est très important, qui travaille bien trop, qui essaie de convaincre l'autre en imposant sa volonté et ses idées, en forçant les gens à faire ce qui est "bon pour eux"... vite un peu de Vervain avant que les insomnies et l'anxiété ne prennent le dessus pour lui (et pour qu'il laisse vivre l'autre !). 

 

La sauge : entre la sauge officinale (Salvia officinalis) et la sauge sclarée (Salvia sclarea), mon coeur balance ! La sauge des prés aurait aussi un peu de place ici, mais consacrons nous aux 2 premières. 
La différence n'est pas dans les propriétés qui sont à peu près semblables et magnifiques ! Le point important est que la sauge sclarée n'a pas de thuyone contrairement à la sauge officinale. Ce principe actif, cette molécule, peut être neurotoxique à forte dose. C'est-à-dire qu'en grande quantité, cette thuyone peut provoquer des crises d'épilepsie, par exemple, et qu'il vaut mieux donc éviter de la concentrer. Ce qui est le cas dans l'HE. Donc, sauge sclarée en utilisation comme HE et les 2 sauges pour les autres préparations. 

La sauge a été considérée pendant des siècles comme une panacée. C'est "celle qui sauve" ! Elle a de grandes vertus. C'est surtout un tonique général et digestif  ; c'est une plante à l'action tonique sur l'utérus puisqu'elle contient des "oestrogen-like" bien utiles au début de la ménopause, lors de l'accouchement et après l'accouchement... mais ce qui peut la contrindiquer chez les femmes qui ont eu un cancer du sein, de l'utérus ou de l'ovaire. Elle est également la plus grande anti-sudorale des toutes les plantes médicinales. Les plantes qui empêchent de transpirer sont rares. Et a un côté fébrifuge.

On peut l'utiliser en tisane, en teinture mère, en macérations huileuses... Attention, son goût est fort en tisane et il est judicieux de l'associer à d'autres plantes. 

L'HE aura aussi une action sur le cuir chevelu, agissant contre les pellicules et l'excès de sébum.

 

 

Article "une plante par mois" : octobre 2017, le thym (Thymus vulgaris)

Grande plante par ses pouvoirs, petite de taille souvent. Très odorante, on sent bien qu'elle soigne déjà en la humant !

Elle est principalement une anti-infectieuse et stimulante du foie et du cerveau, en tisane.
Elle a beaucoup de propriétés de par ses huiles essentielles (HE) que je ne vais pas détailler ici. Je nommerai juste les prinicipales.

On utilise les feuilles et les sommités fleuries. Fraîches ou sèches. La tisane (herbes sèches) se prépare soit à 25g/l d'eau bouillante, soit on la dose plus fortement, à 50g/l.

A dose classique, en utilisant 25g/l, on peut faire une cure sur 15 Jours en prenant 1 bonne tasse le matin et une autre dans la journée, en période de'infection respiratoire : rhume, bronchite, grippe.
Elle peut aussi être utilisée à cette dose pour des infections qui touchent le tube digestif ou urinaire.

À 50g/l, elle sera très tonique voire excitante.

En HE, on distingue différents chémotypes dont le thym à thymol, à thujanol et à linalol.Le premier, le thym à thymol, sera plutôt donné en cas d'infections ou de mycoses en parcticulier cutanées ou unguéales, comme antiparasitaire également et aussi comme protecteur du foie. On s'en sert localement en diluant l'HE à 5% dans 95% d'huile végétale. Par voie générale, il s'agit de prendre 1 à 2 gouttes sur un comprimé neutre par exemple, 3 fois par jour sur 1 semaine. Le thym à thujanol garde cette indication d'anti-infectieux général et a une fonction immunostimulante. À prendre par la bouche, 2 gouttes X 3/j, pendant quelques jours (HE plus douce que la première). Enfin, le thym à linalol a des propriétés plutôt anti spasmodiques, anti inflammatoires et analgésiques (anti douleur). Tout en restant anti infectieux. Mëme façon de prendre cette HE que celle à thymol.

Voici donc une plante qui sera bienvenue en particulier en hiver, mais aussi face à des dérèglements digestifs ! Et elle stimule !

Quel parfum... 

 

Article "une plante par mois": septembre 2017, la menthe poivrée (Mentha piperita)

Après la trève du mois d'août qui a duré un peu... voici une nouvelle plante, majeure en phytothérapie, en particulier en aromathérapie.
La menthe poivrée a des tiges légèrement rouges et de belles feuilles vertes, et un goût prononcé.
C'est une plante tonique qui relance un organisme fatigué et peut venir dynamiser les fonctions cérébrales. On peut l'utiliser en tisane, dans certaines liqueurs aussi. Elle est plus connue pour ses utilisations en tant qu'huile essentielle (HE), dans les indications que je viens d'évoquer et dans les suivantes.

Elle sera une alliée utile en cas de nausées ou vomissements ou de mal des transports. On en applique 1 à 2 gouttes pures localement, en haut du ventre (au niveau de l'estomac). Attention, pas chez les jeunes enfants (moins de 4 ans). Elle peut aussi être prise par la bouche, ou juste posée sur la langue, mais elle est forte... À noter, une goutte sur la langue le matin est bienvenue pour purifier la peau des jeunes ados acnéiques, et aussi améliorer l'haleine. 

Elle peut aussi être utilisée dans une préparation pour stimuler le retour veineux, en la mélangeant à des HE de cyprès et de citron par exemple, et une huile végétale (noisette par exemple). Elle a un effet "rafraîchissant".

En traitement par voie interne, de façon régulière c'est-à-dire 3 ou 4 gouttes 2 fois par jour sur quelques jours, elle va permettre de nettoyer le foie, de purifier le sang, d'avoir une action anti-infectieuse sur le tube digestif.

C'est aussi une HE anti-inflammatoire, qui lutte donc contre les douleurs en particulier musculaires, d'origine neurologique et les maux de tête. Pour ceux-ci c'est simple, il faudra l'appliquer localement : une goutte sur chaque tempe. Gardez les yeux fermés ! 

Article "une plante par mois" : juillet 2017, le noyer (Juglans regia)

Le noyer est un arbre qui aime plutôt avoir de la place et se trouve isolé dans la nature ou cultivé dans des vergers où il a de l'espace. Il a été aimé et décrié au fil des siècles ! On parle de ses vertus à l'heure actuelle. La partie de la plante la plus utilisée est le bourgeon, en macérât glycériné (mieux vaut choisir la forme concentrée que celle en 1DH). 
Son utilisation est liée à la présence de juglone, principe actif qui a une activité anti-microbienne, et à ses tanins et flavonoïdes. Le bourgeon de noyer va assainir les intestins et permettre de rééquilibrer la flore intestinale. Intéressant après des diarrhées importantes, après des gastroentérites. La posologie est de 10 goutes à 15 gouttes X 2 / jour sur 2 mois.
D'autres utilisations du noyer : feuilles à préparer en tisane. On peut en faire des bains de bouche pour lutter contre les gingivites.Et les instillations locales de cette préparation (froide) luttent contres les leuccorrhées (pertes blanches vaginales quand elles sont d'origine infectieuse).

Le noyer a également un petit effet hypoglycémiant ; il a pu aussi être utilisé dans la tuberculose pulmonaire. On parle un peu de son utilisation dans les tumeurs du poumon actuellement.
A noter qu'en fleur de BACH, c'est WALNUT. Il permet de mieux accepter les grands changemnents de la vie, physiologiques (croissance) comme psychologiques (réactions à un déménagement, un changement de travail, un mariage...). 

Et bien sûr, on connaît la valeur nutritive de la noix, et de l'huile de noix, excellentes au goût et à la santé.

Article "une plante par mois" : juin 2017, la carotte (Daucus carotta)

La carotte peut être consommée crue ou cuite, comme légume. Elle est riche en vitamine A en particulier et contient des caroténoïdes. Elle a donc des propriétés antioxydantes contre le vieillissement, et permet de préparer au bronzage. Tout le monde a entendu dire qu'elle donne un joli teint et même il semblerait qu'elle rend aimable...

On connaissait déjà depuis longtemps ses propriétés cicatrisantes ; elle était utilisée en cataplasme.

Je voudrais vous dire aujourd'hui un mot sur son utilisation comme huille essentielle (semences) et comme "huile végélate", ou macérat végétal pour être précis (racines).

Elle a toujours ce tropisme cutané, ces propriétés cicatrisantes et qui embellissent la peau, la rende moins sèche et luttent contre le vieillissement. Là, elle est utilisée en tant que macérat huileux.
Ces indications sont proches de celle de l'HE utilisée par voie externe qui sont quand même plus vastes : acné, eczéma, couperose ou brûlure par exemple. L'HE est à diluer dans une huile végétale (mélange à 5 %).

L'HE peut aussi être prise par voie interne, associée ou non à d'autres HE : c'est un bon détoxifiant du foie, et même un régénarateur des cellules hépatiques. Cette utilisation me paraît intéressante à connaître, en particulier pour tous ceux qui prennent des traitements médicamenteux au long cours.

 

Article "Une plante par mois" : mai 2017, le Millepertuis (d'après un article du blog A.VOGEL)

Le Millepertuis est aussi appelé Herbe de la Saint-Jean, Herbe à mille trous, Herbe percée...

Il était déjà utilisé dans l'Antiquité comme remède aux troubles somatiques et psychiques, et comme antidote contre les poisons. Il jouait un rôle  important pour les anciennes peuplades germaniques qui pratiquaient le culte du solstice car la forme et la couleur de la fleur rappellent le soleil et qu'on considère cette plante comme porteuse de lumière. Par la suite , le suc rouge de la plante (venant des fleurs écrasées) symplolisera le sang du martyr de Saint-Jean. Le Millepertuis est utilisé pour le traitement des plaies et des douleurs. Après le Moyen-Âge, on s'en servira comme d'un remère psychothérapeutique, pour "détourner les influences maléfiques". 

Le Millepertuis est origniare des régions tempérées d'Europe, d'Asie occidentale et d'Afrique du Nord où il est assez répandu. Il a été introduit dans d'autres zones au climat tempéré, poussant sur des sols calcaires et des terrains aux roches primitives exposés au soleil. Il pousse jusqu'à 1500 m d'altitude. Sa floraison a lieu de juin à septembre.

Comme vertus médicinales : par voie générale (per os), il contribue à l'équilibre émotionnnel et au bien-être, à une relaxation optimale. Il apporte un bien-être mental et entretient une humeur positive. 

Localement, l'huile de Millepertuis (huile solarisée rouge) est une bonne cicatrisante antalgique sur les coups de soleil et autres érythèmes.

 

 

Livres conseillés :

"Secrets des médecines alternatives " de Sélection du Reader's Digest

"Le petit livre des huiles essentielles. Spécial bébé" de Guillaume GÉRAULT

250 remèdes naturels à faire soi-même, Dr Caludine LUU, Ed. terre vivante (Conseils d'expert)

 

Liens des meilleurs sites pour approfondir vos connaissances en plantes médicinales : 

sites :

De l'école des plantes médicinales près de Montpellier : www.imderplam.com

 

D'une naturopathe qui écrit des recettes de cuisine : Christine Calvet, renommée pour le "sans gluten sans lait" : www.saisonsdemets.fr

D'une autre naturopathe https://www.naturaconseil.com/

D'une herboristerie en vrai : l'herboristerie Yves Moreau à Perpignan, et en ligne : www.herboristerie-moderne.fr

 

D'une Docteur en Pharmaciehttps://alinepommier.fr/ 

  

Actualités

 

- Octobre 2019 : en attendant

d'autres bourgeons, un coup d'oeil 

sur un article à mon sujet, si vous le 

voulez : blog PRONTOPRO.


En espérant que ça donne des idées

ou des réponses à certains ! 

-Septembre 2019 :

suite sur les macérâts glycérinés

de bourgeons. Allez 5 de plus !

Ceux pour la digestion et

ceux pour aider les femmes.

- Février 2019 : oh la la, le retard...
MAIS ils sont là, les bourgeons ! Et

pour quelques mois.
Bonne lecture ! 

- Septembre 2018 :

en préparation, un début de

gemmothérapie ! Fascinants

bourgeons !

- Mai 2018 :

les petites tisanes

de "La Farandole".

La digestion (suite) :

la constipation.

- Pour mars et avril, 

petite digression :

les tisanes de "la Farandole",

journée pour les

petits et grands, à

- Pour janvier et février, 

je vous présente le

Romarin et son odeur

du Sud... Bon pour

le foie, les bronches,

les cheveux, et plus

encore !

 

-Articles des mois de

novembre et décembre 2017,

même si on a atteint 2018

(mais juste un peu...)

BONNE ANNÉE avec de la

Verveine pour se détendre

et un gros bol de tisane de

Sauge pour se booster !

Et pourquoi pas les 2 ensemble,

pour améliorer la digestion...

hum, quel goût !

 

-Article du mois

d'octobre 2017 :

le Thym, ses senteurs, ses

propriétés puissantes !

- Article du mois de

septembre 2017 : 

Mentha piperita, un peu de peps !

- Article du mois de juillet 2017 :

le noyer, l'arbre de Jupiter,

l'arbre des dieux !

- Article du mois de juin 2017 :

la carotte n'est pas qu'un légume !

- Article du mois de mai 2017 :

Le millepertuis et ses

principales indications

 

- Actualités pour 2019

- Conseils de lecture  

et sites web 

- Présentation de congrès dès que

j'en ai vent. On peut toujours jeter 

un oeil sur :

www.congreipsn.eu

 

Cliquer ci-dessous pour ces info

 

Actualités

Actualités

 

- Octobre 2019 : en attendant

d'autres bourgeons, un coup d'oeil 

sur un article à mon sujet, si vous le 

voulez : blog PRONTOPRO.


En espérant que ça donne des idées

ou des réponses à certains ! 

-Septembre 2019 :

suite sur les macérâts glycérinés

de bourgeons. Allez 5 de plus !

Ceux pour la digestion et

ceux pour aider les femmes.

- Février 2019 : oh la la, le retard...
MAIS ils sont là, les bourgeons ! Et

pour quelques mois.
Bonne lecture ! 

- Septembre 2018 :

en préparation, un début de

gemmothérapie ! Fascinants

bourgeons !

- Mai 2018 :

les petites tisanes

de "La Farandole".

La digestion (suite) :

la constipation.

- Pour mars et avril, 

petite digression :

les tisanes de "la Farandole",

journée pour les

petits et grands, à

- Pour janvier et février, 

je vous présente le

Romarin et son odeur

du Sud... Bon pour

le foie, les bronches,

les cheveux, et plus

encore !

 

-Articles des mois de

novembre et décembre 2017,

même si on a atteint 2018

(mais juste un peu...)

BONNE ANNÉE avec de la

Verveine pour se détendre

et un gros bol de tisane de

Sauge pour se booster !

Et pourquoi pas les 2 ensemble,

pour améliorer la digestion...

hum, quel goût !

 

-Article du mois

d'octobre 2017 :

le Thym, ses senteurs, ses

propriétés puissantes !

- Article du mois de

septembre 2017 : 

Mentha piperita, un peu de peps !

- Article du mois de juillet 2017 :

le noyer, l'arbre de Jupiter,

l'arbre des dieux !

- Article du mois de juin 2017 :

la carotte n'est pas qu'un légume !

- Article du mois de mai 2017 :

Le millepertuis et ses

principales indications

 

- Actualités pour 2019

- Conseils de lecture  

et sites web 

- Présentation de congrès dès que

j'en ai vent. On peut toujours jeter 

un oeil sur :

www.congreipsn.eu

 

Cliquer ci-dessous pour ces info

 

 

Mes coordonnées


Cabinet à béziers

Adresse :
18 Rue André Derain
 34500 Béziers

Téléphone :
09.54.00.27.32
06.50.47.97.75

E-mail :
contact@phytotherapie-beziers.com

 

Suivez nous sur facebook